La dvantière à Mémère

La dvantiere à Mèmère

 

La pauv' bonne femme de cez nous aveut tenan su hielle eune dvantiëre, eune dvantiëre pour garanti la blouse qu'ol aveut en-d'sous.

Là, ça serveut parail à garanti les daïs pour tirër la galettouëre de d'sus l'teurpiëd ou ben la tcheue d'la casserole ou ben attrapër les oreuilles du potin.

Et pis la dvantiëre là alleut net ben quand i falleut torchër les larmes qui dérivint su les jaoues des p'tits qui commencint à breure ou ben quand ils avint le pigôt morvou.

Dans l'ouvreïge de tous les jous, la dvantiëre à Mèmère serveut à ramenër les cocôs du poulaillër qu'allint fini dans la poêle  ou ben les pauv' p'tits pouliaux qui tint d'jeure faraoud pour les rachalër dans l'coin du foyër.

Oh … quand y'aveut tchoqun qu'arrivint qu'ol ne connaisseut point : « tchi qui vient faire cez nous c'ti-là qu'ol diseut Mèmère.

Ben vite les p'tits éfants pourroux s'amousselint teurtous sous la dvantiëre à Mèmère.

Si l'temps teut putôt frés, bon d'sou de bon d'sou, la pauv' bonne femme s'entourlilleut les pognets dans sa dvantiëre.

Et après là, ol secoueut les coins de sa dvantiëre pour attisër l'feü dans l'foyër et ça faiseut des beluettes. Les p'tit bouès qu'ol aveut ramassës, dans sa dvantiëre ben sûr, s'épeurnint cor pu vite.

Et pis l'étë ben des légumes et des fruits (des p'tits pouès, des haricôts, des païres, des blosses, des pommes, des nouës …) arrivint du courtil dans la dvantiëre.

Et lés pluches, une faïs que la marmitée teut à bouëde, et ben lés pluches, dans la dvantiëre ben entendu, ça fileut tout dreut dans l'poulaillër ou ben dans les muses à lapins ou ben cor dans la palée des pourciaux mélangës avec du gaboret et de l'iaü de vaisselle.

Et pis les pommes qui tint un p'tit échaüdées et qui cheyint avant lou temps, i s'ramenint dans la dvantiëre pour fini su l'graïl du foyër … hum ça teut si bon là … ô un p'tit d'beürre …  su un talochon d'pain. Le beürre ben sûr i teut v'nu de l'appentis dans la platée que Mèmère teneut dans sa dvantiëre pour que ça ne li teut pas érussë des daïgts … malheur si la boutique s'teut échappée dans la piace.

Ecoutez don ! … oh la la … tchoqun qu'arrivint, la tabe qui n'é pas essuyée, y'a d'la poussiëre …  un p'tit coup de dvantiëre et hop v'là la tabe et le deursouë qui brillint de plus belle.

Oh la la v'là qui sonne midi, le fricôt é tcheu … Mèmère secoue sa dvantiëre en sortant sur le suëdu de la porte  et huche aux hommes « c'est tcheu ! ». Les bonhommes qui trimint dans l'tios de d'vant, pour travaillër à lou compte comme i disint,  se ramenint ben vite.

Pour le dessert y'a eune tarte é pommes, Mèmère la sort du four avec le coin de  sa dvantiëre, ol la pose à refeurdi su l'appui d'la fenét'

 

 

 

… juste oyou qu'sa p'tite fille met la siënne, pas pu tard qu'hiër … mais à dégueurrouër !

 

Et ben ma faïs, j'vous dis maï qu'il en faudra dés années pour que tchoqun invente une aoute affaire de méme pour détchussër la bonne dvantiëre de not' grand-mère !



06/09/2010
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 93 autres membres



... ...

En route pour la Bretagne !
... ...

Bonnes vacances !





Recommander ce blog | Contact | Signaler un contenu | RSS | Hébergé chez Blog4ever | Espace de gestion