La noce à Thiodore

La noce à Thiodore

(l’histouère d’un gâ de Coébugat é noces à Piormais)

 

 

 

Comme je vous zeu dit ben souvint, j’aime ben rigoleu de timps zin timps.

 Je chonge que c’é pas un pécheu et j’serais ben béte de m’en priveu …

 que c’é é noces ou é boudines, ,avéc maï personne ne s’ennueuye.

 

Aoussi, Thiodore me fit ben piési quand i m’dit :

Tu seus  j’me  marie, j’compte su taï pour le jou-là … deutpé l’timps qu’on s’conné »

Comme ma connéssance é d’Piormais, ô m’a d’mandeu qu’ça s’reu là qu’ça s’freu.

 J’répondis maï :

ça m’fait rien du tout qu’c’é à Piormais ou ben aillou.

 

Mé c’é qu’j’n’avais pu qu’3 jous d’vant maï … et j’tins à s’meu not’ fourmint naï.

 J’avais la tcheue d’eune ch’mise à r’passeu et mon coutiaou d’pochette à affileu.

 

Enfin l’grand jou arrivit. D’veur les 8 heures me v’là parti, y’aveu l’camion qui m’attindeu. J’teu pas trop d’dins que l’vlà démarreu … maï qui ne m’attindeut pas à ça, je perdis l’étchilibe et … patatras, je cheuillis su la fille à Jean Vonaou … j’li cabossis tout son chapiou. J’me dis, Josè, ça commince mal, c’é pourtant pas l’époque du carnaval !

Un quart d’heure ne s’teu pas passeu que v’là not’ camion arrêteu. V’là tout le monde qui disint « Josè, Josè, mé decint don, j’son rindu à Piormais. Maï,  j’hésitais à d’cinde du camion, j’chongeais j’sons tout comme pas cor arriveu … enfin, tout comme, me v’là d’cindu. Ah, j’dis : c’é qua minme vrai, je r’conné ben la rue.

Je pris ma glace et je m’regardis, mon complet naï teut dev’nu tout gris …

 cé forceu,  j’tais jusse dins l’darrieure du camion, cé maï qui gobait toute la poussieure.

J’avais saï, j’tais net altéreu. J’vaï un bistrôt, me v’là rintreu.

Cinq minutes apré je r’sortis ...

 Dame ver ! mé c’é qu’tout le monde tint parti.

Pourtant je n’me découragis pas. J’vais dins l’eglise les attinde là.

Y’aveu ben 2 h à peu prés que j’les attindais, pour vous dire j’tais su mon quatorzieume chaplet.

A la fin, les v’là qu’arrivint. J’dis : «ah ben,  i n’é pas trop tôt mézeu ! »

V’là un gros reucteur qui s’ameune, i d’mande à Thiodore d’acceupteu pour femme sa connésance.

J’seu pas si Thiodore répondit, j’n’avais teurjou pas maï rien ouï.

Ça y’aveut don ben dureu … maï j’m’etais teurjou ben enneuyeu.

D’veur les onze heures, nous v’là r’sortis.

J’couris maï ben vite faire pipi, y’aveut un momint qu’ça m’teneut … deutpé 9 h que j’tais rintreu là-d’dins.

J’n’embrassis pas maï la mariée … j’m’infou pas mal des jorées.

Tout d’un coup v’là Thiodore qui s’ameune, i m’dit : « Josè, fais rimbauche », i m’présente à eune p’tite routchine. Matin !... si ol aveut bonne mine, ô teut toute dédjerbottée ! O m’impogne par d’sous l’bras, o m’dit : « faut sueude les aoutes par là » … et nous v’là rintreu dins l’hôtel.

C’é comme ça lé noces à Piormais.

J’avais maï une faim, mon paouv’ gars, j’tais à jeun deutpé Coébugat, mon vinte beuryeut !

J’chongeais : j’vas teurjou ben mangeu, apré j’sreu pufôt in goût d’danseu.

I nous apportint asseu d’piats mais d’dins y’aveut pas d’chaï nourri un chat !

J’me disais : mé mon paouv’ Josè, un bout d’pain avéc eune tranche de pourcet, ça f’reut tout comme mieux ton affaire que la salade et l’camembert.

Ça aveut pourtant pas mal dureu, y’aveut ben troès heures quand j’nous tins rel’veu d’tabe, et nous v’là passeu du bistrôt au salon pisque ça teut là qu’teut l’bal.

L’après-midi se s’reut ben passée s’il arint sonneu dés ridées … ver ! mais astour ça n’é pu ça.

I’n’sonnint minme pu la java. Pour ben s’amuseu à Piormais, i faudreut preusque avaï un beurvet !

Valse, one strep et boogie woogie... dés noms que j’n’avais jamés ouï.

La routchine diseut ielle « Jaousè, tu dans’rais ben si tu voudrais, tu n’arais quà les r’gardeu … et pis lésse taï don faire, j’vas maï te m’neu ! »

Ver … que j’li dis, ben enneuyeu, c’é la mule vintié qui va m’neut l’chartieu ?

Je n’seu pas si ça li aveut hèteu … en tout cas ô m’tournis l’dos et ô teu partie.

Quand j’vis maï ça, j’me dis, mon gars, te v’là veuvieu, ne t’remarie pas. I teut dins les quatre heures eud’demie, je pris la porte et j’m’en allis.

J’fis vingt tchilomètes à pieud et quand j’arrivis à Coébugat, tout le monde tint à soupeu.

J’demandis pas c’que failleu faire, j’avais faim, j’avais l’tchoeur ouvert.

J’dis é zaoutes « faut pas s’tracasseu, not’ sonnou i c’é démancheu ! »

més j’chongeais en maï minme : mon paouv’ Josè ! t’iras cor une aoute faï é noces à Piormais !!!

 



16/05/2011
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 94 autres membres



... ...

En route pour la Bretagne !
... ...

Bonnes vacances !





Recommander ce blog | Contact | Signaler un contenu | RSS | Hébergé chez Blog4ever | Espace de gestion